Whatt logo

Sélectionnez votre langue

Danielle BorremansJe m'appelle Danielle Borremans. Lorsque je suis venue habiter la région bruxelloise il y a plus de trente ans, j'ai immédiatement eu l'impression de rentrer chez moi. L'agréable appartement que j'occupais avec vue sur un parc y a contribué, mais c'était plus que cela. Vivre dans une ville où l'on parle plus de 100 langues et où les trois quarts de la population ont des racines étrangères m'a toujours fascinée. En tant qu'européenne convaincue, je trouve intéressant de pouvoir vivre et travailler dans la ville où la politique européenne est élaborée. Le fait que je sois mariée à un Néerlandais a évidemment intensifié le mélange de cultures dans ma vie personnelle !

Au début des années 1990, nous avons investi dans l'immobilier à Bruxelles. En tant que propriétaires d'appartements, notre objectif est d'offrir un bon service de location et de gérer notre investissement de manière durable.  En tant qu'économiste dotée d'un esprit analytique et de bonnes compétences administratives, j'ai logiquement pris en charge la gestion comptable et financière. Mon mari était responsable du suivi technique et veillait à la qualité du bien. Comme nous avions affaire à de petits appartements, la plupart de nos locataires étaient des personnes seules.  La rotation était assez élevée et la charge de travail était importante. Le côté positif était que nous sommes entrés en contact avec des personnes de toutes origines, de tous âges, de toutes cultures, de toutes professions, etc. J'ai compris plus d'une fois que le simple contact humain entre le locataire et le propriétaire peut suffire à éliminer les préjugés des deux côtés.

La diversité peut être un moteur de changement ou de sensibilisation. Je suis arrivée à cette conclusion grâce à mon expérience du projet de DoucheFLUX, une organisation sans but lucratif basée à Bruxelles qui lutte contre le sans-abrisme. Dès la fin de l'année 2013, je me suis impliquée activement dans le lancement de leur service, d'abord en tant que responsable de la levée de fonds et, jusqu'à présent, en tant qu'ambassadrice de leur travail. Je suis devenue plus consciente qu'avant des problèmes sociaux tels que le sans-abrisme et la précarité. Peu à peu, je me suis rendue compte que je pouvais moi aussi apporter ma contribution à la résolution de ces problèmes.

Le fait que la situation du logement d'un nombre croissant de personnes en région bruxelloise soit carrément inadéquate est uniquement dû à l'insuffisance de l'offre de logements répondant aux besoins des habitants. La demande est bien connue, les nécessités sont clairement définies. Il suffit donc de créer l'offre. En raison de conflits d'intérêts, une seule entreprise, un seul individu ou une seule instance publique n'est pas en mesure d'assumer cette mission. Par contre, une coopérative d'individus et d'entreprises ayant un objectif commun comme agent de liaison serait à la hauteur de la tâche. J’en ai été complètement convaincue après avoir suivi un cours postuniversitaire en entrepreneuriat coopératif à la KU Leuven. Je m'intéresse très spécifiquement à la coopérative mixte. La dissertation* que j’ai rédigée dans le cadre du cours postuniversitaire portait sur l’impact social que ce type de coopérative immobilière peut générer.

Je suis consciente qu'il s'agit d'une approche novatrice du marché immobilier et que l'idée nécessite une certaine période de maturation. Le site trilingue www.whatt.eu offre la possibilité de former un réseau de personnes et d'organisations désireuses de réfléchir à cette question. J'attends avec impatience les nombreuses réactions!

*Vous souhaitez avoir une copie de cette dissertation au format pdf ? Envoyez un e-mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour l'obtenir, en précisant la langue (néerlandais ou français) dans laquelle vous souhaitez lire le document.

 

BrussHelp

Photo prise le 7/4/2019, commune de Saint-Gilles/Chaussée de Waterloo. Fin 2020, 5.313 personnes sans-abri et mal logées ont été recensées en Région de Bruxelles-Capitale. Plus d’infos : http://www.brusshelp.org/images/Denombrement2020_vdef.pdf